God Saves Europe Fate
De nouvelles enquêtes sont sur le point de commencer, êtes-vous des notres?

God Saves Europe Fate

Bienvenue à Londres, où les meilleures équipes de policiers ont été réunies pour combattre de nouvelles menaces
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum OUVERT, Soyez les bienvenus!

Il est temps de changer de crèmerie [PV John]

 :: RP ! :: Londres :: Les Lieux Administratifs :: Autres Lieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Mer 19 Juil - 19:09

   

     

   

Il est temps de changer de crèmerie!

— John & Alaya
« Il nous faut un médecin légiste compétent ! » Cette demande à la dernière réunion de la cellule n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde. Alec qui est natif de Londres avait pu avoir quelques renseignements de Scotland Yard, et il y avait un médecin généraliste qui était légiste par obligation qui arrivait en ville et qui était connu pour être un médecin émérite en plus d’être un ancien soldat décoré. Soldat revenu en blessé, avec un boîtage à vie. Il faudra que je lui explique à quel point il devait s’estimer heureux d’être en vie, car pour quelqu’un comme moi qui a vu de très nombreuses guerres c’était la seule récompense.

Suivi psychologiquement également, la guerre, la mort de sa femme, effectivement ça fait beaucoup pour un humain. Ainsi j’avais décidé de m’en rendre compte par moi-même. Ainsi j’avais pris une entrevue prétextant un dossier archivé il y a peu en lien avec l’enquête de la prison des anges, enquête à la suite de laquelle j’avais retrouvé Daniel et que plusieurs anges, certes en piteux état avaient été libérés. Comment des démons ou une confrérie, aussi puissante soit-elle, avait pu maintenir en léthargie des anges aussi longtemps. L’enfermement de Daniel par exemple datait de 1991 environ… Un bail, mais j’imaginais bien qu’il y avait des captifs depuis plusieurs siècles…

Me voilà arrivant dans l’hôpital, luttant sang et eau pour résister à mes envies de sang qui commençait à me manquer, quand tu as décidé de te sevrer tu dois tenir bon, mais ce n’était pas possible, encore pire maintenant… Bref, je me dirigeais d’un pas décidé vers la morgue. Si c’était un soldat il allait sentir l’odeur de mort que je porte en tant que vampire, pourtant très faible.


- Docteur Watson ? Je suis le commissaire Karenine de la cellule de l’ONU, on s’est parlé ce matin au téléphone…
   MAY


     


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
John Watson
Nouveau Venu
avatar
Ma tête (gif) :
Compagnon ou équipier : Aucun, pour l'instant.
Messages : 22
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Généralemnt, là où il y a des morts.
Nouveau Venu
Mer 19 Juil - 19:47


Aussi loin qu'il s'en souvienne, John avait toujours été optimiste. Il tentait de toujours voir le mieux de chaque situation afin de ne pas avoir à affronté le pire. Il pensait qu'en oubliant le négatif et en se focalisant sur tout ce qui était bon autour de lui il pourrait simplement avancer, passer à autre chose. Effacer l'ardoise. La vie lui avait toujours semblait être un enchaînement d’événements qu'on ne pouvait empêcher et qu'il fallait simplement faire avec, être fort, être courageux. Il était revenu réellement différent de cette guerre. Il y avait Mary bien sûr mais quelque chose d'autre c'était glissé dans son cœur – ou plutôt rien. Il y avait comme un énorme gouffre s'élargissait autour de lui à chaque seconde et au bord duquel il était prêt à sauter à tout instant. Le vrai problème au fond, c'est qu'il s'ennuyait. Il avait encore du mal à se l'admettre, bien sûr, mais cette petit vie banale et sans histoire qu'était devenue la sienne lui était insupportable.

Le médecin soupira derrière son bureau et jeta un coup d'oeil à l'horloge. Il avait eu un coup de fil intéressant ce matin, une femme de «  la cellule spéciale » selon ses termes, souhaitait le rencontrer concernant son curriculum vitae. Il ne savait pas trop pourquoi il avait dit oui mais il n'avait rien de prévu aujourd'hui – plus exactement il avait annulé ses rendez-vous. Il se leva lorsqu'on frappa à la porte et avança dans la pièce afin d'accueillir la nouvelle arrivante. Elle se présenta comme étant le commissaire Karenine de la cellule spéciale de l'ONU et effectivement John reconnut sa voix alors qu'elle parlait.

Elle semblait plutôt jeune pour être commissaire mais John ne releva pas ce détail qui l'aurait très certainement vexée. Il ne pouvait nier qu'elle était très belle femme. Il s'arrêta un instant sur la façon dont son sourire soulever ses pommettes qui était – en passant – délicieusement ravissante. John se racla la gorge et lui serra la main afin d'officialisé leur présentation.

-Oh, je vous en prie...

Il pointa sa main en direction du fauteuil et contourna le bureau avant de reprendre sa place initiale. Son bras vint se poser sur l'accoudoir alors qu'il soutenait sa tête à l'aide de ses doigts cachant maladroitement son air mi ennuyé, mi-gêné.

-Et bien ? J'imagine que vous n'êtes pas là pour une consultation Commissaire ?

Il eut un rictus amusé en prononçant son titre, quelque part ça lui manquait. Le prestige de l'armée, la loyauté et le respect des supérieurs. Ou peut-être étais-ce l'adrénaline et les combats dont il rêvait chaque nuit qui lui manquait ? Cette certitude que tout allait s'effondrer, qu'enfin tout était finis et puis le silence. Chaque fin de combat était comme naître à nouveau. La question qui le taraudait depuis son retour était : « Celui qui renaît après, peut-il être quelqu'un de bien ? »


+ What's hurt the most? +
It's hard to deal with the pain of losing you everywhere I go, but I'm doing it. Still harder gettin up, gettin dressed, living with this regret, But I know if I could do it over. I would trade, give away all the words that I saved in my heart that I left unspoken.
Revenir en haut Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Jeu 20 Juil - 20:52

   

     

   

Il est temps de changer de crèmerie!

— John & Alaya
Mon sourire était franc et ma poignée de main toute autant ! Il me pointa l’un de ses fauteuils, le pauvre il faudrait être cinglé pour arriver à ne pas devenir fou dans un espace aussi réduit. Et être entouré de tous ces morts ne devait pas aidé à être heureux. Je ne sais pas pourquoi mais dès que j’ai vu sa tête, il était très gêné, peut-être il ne s’attendait pas à une jeunette. Je ne pense pas qu’il s’attendait à un vieux non plus. Quand je l’ai appelé le matin même, j’aurai très bien pu être la bleue qui sert le café et qui prend les appels, mais cette époque que j’avais connu était largement révolu.

Quoiqu’il en soit je sentais son regard sur moi et il semblait décrypter chaque mètre carré de ma personne. Bizarrement, je sentais plus l’odeur de mort sur lui que sur moi… La mort le guettait, le suivait l’épiait, pourquoi ? C’est un humain, et je n’aime pas ressentir cela sur un futur coéquipier. Je songeais qu’il devait se demander pourquoi j’avais mes yeux fixes dans les siens, qu’est-ce que je préparais ? Non j’essayais de comprendre pourquoi cet odeur, cette aura d’âme éteinte. J’avais lu son dossier, il avait de quoi, mais ‘était plus profond, une lassitude…


- Pas exactement, je viens vous sortir de ce petit laboratoire de médecine légale qui n’est pas votre place Docteur Watson… Votre place est celle d’un homme qui agit, le combat de tous les jours, protéger les gens qui en ont besoin, les aider, quelque chose où l’adrénaline fait partie intégrante de la vie… Sur un nouveau genre de champ de bataille…

Je marquais une pause, je crois que j’étais toujours aussi douée pour l’art oratoire. Haranguer les foules, je ne l’avais pas fait souvent, mais quand il s’agissait de rendre la niaque aux troupes, j’étais la meilleure dans mon domaine. Il avait besoin de reprendre la vie là où il l’a laissé. De ravoir l’étincelle dans ses yeux, mais surtout, de ravoir un vrai but dans la vie… Autre chose que cette monotonie.

- Oui Docteur Watson, je viens vous proposer un poste dans la cellule anti-terroriste de l’ONU…
   MAY


     


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
John Watson
Nouveau Venu
avatar
Ma tête (gif) :
Compagnon ou équipier : Aucun, pour l'instant.
Messages : 22
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Généralemnt, là où il y a des morts.
Nouveau Venu
Sam 22 Juil - 14:39




Assis dans son fauteuil, Watson sentait le regard insistant et presque gênant de la jeune commissaire sur lui. Il aurait voulu détourner les yeux mais il semblait comme hypnotisé par ses grandes orbes sombres. Un frisson remonta le long de sa colonne vertébrale, c'était perturbant et déconcertant mais pas comme un regard charmant ou séducteur non, celui de la jeune femme lui donnait l'impression qu'elle sondait son âme. Littéralement. Il s'entendit déglutir difficilement alors que la Commissaire prit l'initiative et relança la conversation lui expliquant enfin la raison de sa visite inattendue. Le médecin buvait ses mots comme un assoiffé, comme si ses quelques paroles avaient réveillés l'instinct guerrier et soldat à l'intérieur de lui. La plupart des gens étaient condescendants ou à l'inverse le prenaient en pitié suite à son retour de guerre et sa blessure – que sa psy disait somatique – mais pas cette femme. En réalité elle venait simplement de mettre le doigt sur le piment qu'il manquait à sa misérable et ennuyeuse vie et elle lança le bouquet final en lui proposant de but en blanc un  poste à l'ONU, la brigade anti-terroriste.


John resta un instant silencieux et immobile de peur que tout ceci ne soit qu'une vilaine farce ou simplement un mauvais rêve et qu'il se réveillerait seul dans ce bureau moisi et sombre afin d'affronter son quotidien à nouveau. Il cligna des yeux plusieurs fois cherchant dans le visage déterminée de la blonde une quelconque marque de malice ou de plaisanterie mais elle se contentait d'afficher un sourire franc et... Sincère, lui semblait-il. Il n'était plus tellement doué pour déchiffrer les émotions des autres. Finalement il se leva et fis volte-face avant de se baisser vers la petite commode derrière son bureau afin d'en sortir une bouteille de whisky Irlandaise et deux verres. Il posa le tout sur le bureau et remplit les contenant avant d'en pousser un vers la Commissaire. Après s'être servi il retomba dans son fauteuil de manière un peu moins conventionnelle et leva son verre maladroitement avant d'en boire une grande lampée.

La jeune femme devait certainement le prendre pour un idiot, ou un fou, de réagir ainsi alors qu'elle venait clairement de lui proposer le job du siècle et il l'était probablement d'ailleurs mais le fait est qu'il ne savait pas réellement s'il était prêt à reprendre du service. Non pas qu'il ne s'en sentait pas capable – bien au contraire – mais d'après sa psy il avait tendance à l'auto-destruction et pouvait s'avérer dangereux pour lui et les autres. Il but une nouvelle gorgée et passa une main nerveuse dans ses cheveux.

-Vous devez savoir que je présente encore des troubles post-traumatiques accompagnés de terreur nocturne, angoisse et cauchemars. Je ne suis pas exactement la définition même du type équilibré et bien dans ses baskets et d'après ma psychiatre je pourrais me révéler dangereux si je ne garde pas un train de vie sain et équilibré.

Il avait prononcer les derniers mots avec un dégoûts non dissimulé. En réalité il en avait assez de ses séances interminables de psy, des médicaments qu'on lui refilait pour dormir mais qui n'empêcher aucunement les cauchemars et les rendaient même plus intenses. Un long et profond soupir lui échappe juste avant qu'il ne se mette à sourire et un léger rire cynique glissa entre ses lèvres.

-Mais je pense que vous savez déjà tout ça, n'est-ce pas ? Vous avez certainement lu les rapports militaires, psychiatriques, psychologiques... Et pourtant vous êtes ici, devant moi. J'imagine donc que ces facteurs ne sont pas un frein pour vous.


John laissa ses yeux glissaient vers le liquide ambré dans son verre et le fixa un instant, le faisant tournoyait entre ses mains.

-Donc Commissaire, Que souhaitez-vous de moi ?


+ What's hurt the most? +
It's hard to deal with the pain of losing you everywhere I go, but I'm doing it. Still harder gettin up, gettin dressed, living with this regret, But I know if I could do it over. I would trade, give away all the words that I saved in my heart that I left unspoken.
Revenir en haut Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Sam 22 Juil - 15:06
D’accord, ce n’était pas exactement la réaction à laquelle je m’attendais. Du très bon scotch, et qui ne rafistole pas, deux verres remplis… Et il s’en avale une énorme lampée comme s’il était mal à l’aise et qu’il avait besoin de s’assurer que ce n’était pas un rêve. J’imagine ma tête, les yeux en grands. Et je lui rends son regard et je m’en bois une lampée toute aussi grosse. Elle était bonne sa bouteille, il faudra que je pense à lui montrer ce que j’ai en stock à la maison. Kai me tuerait mais je prends le risque. Je suis chez moi quand même.

IL me parla du fait qu’il avait encore des traumas post-traumatiques. Oui en effet je le savais. Sa réaction à l’annonce d’un nouveau travail me le montrait bien, le côté inattendu de la chose ! Je souris encore, je ne lui laisse pas le temps de renchérir.


- Docteur, si je craignais pour votre sécurité ou celle de mes collègues, croyez-moi que je ne serai pas là à partager un scotch avec vous. Vous restez dans vos troubles car vous n’avez aucune motivation extérieure, rien qui ne vous plaît, à part un travail monotone entouré par des fantômes, je suis persuadée que vous irez beaucoup mieux, si vous avez de nouveaux des… Stimulations dans votre existence. Je ne plaisante pas, nous recherchons quelqu’un qui a du vécu, plus ou moins difficile, mais qui est prêt à se mettre réellement au travail, et le travail de légiste, du moins ici… vraiment ça ne vous va pas du tout…

Il renchérit quand même, oui j’étais au courant, je venais de le prouver. J’avais déjà suivi des gens, je les avais même sauvés de leurs fantômes du passé. Je l’avais fait avec Dominik et Alec notamment. Chacun à leurs manières ils étaient hantés. John ne serait qu’un nom de plus sur ma liste de réveil ! Je le regarde avec son petit manège et son verre. Je lève le menton un peu. J’attends quoi de lui, au juste ? Theo n’est même pas au courant de ma démarche, mais s’il m’embête je risque de devoir taper plus haut… Je ne m’en étais pas encore servi, mais j’avais quelques relations en Europe et en ville. Mais je pense que je pouvais arriver à le faire prendre Watson en galop d’essai, et je savais déjà qu’il ne serait pas déçu.

- J’attends de vous, de ne pas vous étonner de ce que vous pourriez entendre à partir de maintenant et surtout, de n’en parler à personne, c’est confidentiel, secret défense, nous sommes d’accord ?


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
John Watson
Nouveau Venu
avatar
Ma tête (gif) :
Compagnon ou équipier : Aucun, pour l'instant.
Messages : 22
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Généralemnt, là où il y a des morts.
Nouveau Venu
Sam 22 Juil - 15:58

Il aurait pu refuser, lui dire que sa petite vie minable et monotone lui plaisait comme il le faisait chaque semaine en séance chez la psychiatre. Il aurait pu lui dire que l'action ne lui manquait pas, et que son corps entier ne réclamait plus ces shoot d'adrénaline. En réalité, depuis son retour John était passé maître en l'air de prétendre que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Tellement , qu'il s'en était presque persuadé lui-même au fils de ces dernières semaines et voilà qu'une commissaire de l'ONU venait chambouler tout ce monde qu'il n'avait jamais réellement eu envie de construire. Il avait battis sa vie sur un château de carte qui venait de s'effondrer comme un drogué en manque face à un fixe de drogue alors qu'elle lui proposait un travail important, potentiellement dangereux et qui pouvait vraisemblablement lui ouvrir des portes secrètes sur des choses au gouvernement qu'il ne connaissait pas.

Quelques images d’Afghanistan lui revinrent par bribes. Les ordres de missions, les discussions d'avant et après combat, toutes ces décisions stratégiques et enfin l'assaut, la bataille, le feu de l'action. Il sentit son regard s'illuminait et revint à la réalité en plongeant dans celui-ci de la jeune femme. Un sourire long et sincère s'afficha sur le visage de John qui se sentit presque à sa place pour la première fois depuis son retour.

-Vous savez, j'ai longtemps cru que j'avais définitivement perdu la raison après la guerre. Je veux dire, quel être humain normalement constitué voudrait prolonger ce genre de calvaire ?

Il ne savait pas vraiment pourquoi il se confiait ainsi alors qu'il venait de rencontrer celle qui serait probablement et bientôt sa supérieure hiérarchique. Peut-être parce que pour la première fois on l'autorisait à s'exprimer clairement, honnêtement et pas uniquement ce qui était attendu de lui au vue de la situation. Il y avait quelque chose chez cette femme, comme si elle n'était pas indifférente à ce qu'avait vécu John, comme si elle l'avait vécu elle aussi d'une certaine manière. Sans lui laisser le temps de répondre il reprit :

-Je veux dire je ne suis absolument pas pour la guerre mais le fait est que la guerre existe depuis à peu près toujours et je préfère me battre plutôt que de rester assis, à regarder les morts qui s'entassent chaque jour, devant mon poste de télévision.


Il finit son verre et s'en servit un nouveau avant de remplir celui de la jeune femme également.

-Concernant le whisky, je n'en n'abuse pas. Dit-il immédiatement en réalisant que s'enfiler deux verres devant sa future patronne n'était peut-être pas le meilleur moyen de montrer qu'il était responsable.Mais que puis-je dire ? Vous semblez être la fée des vœux descendu du ciel venu me sauver de cet... Cet endroit. Et puis, si j'ai réussis à tenir 6 mois en découpant des morts seuls dans cet hôpital je pense que ma santé mentale n'est pas si déséquilibré que ça. -Bien, dite moi donc, les aliens ont débarqués et vous avez besoin d'un médecin compétant capable de l'autopsier afin de l'analyser ?

Il espérait, à défaut d'être drôle, au moins détendre l'ambiance car maintenant qu'il y repensait il avait été un peu déplaisant avec elle à son arrivé. Il avait prit cette manie d'être hautain et cynique avec beaucoup de gens et dans le fond il n'était pas ce genre de personne et ne voulait pas l'être mais trop d'amertume et d'ennui s'était installés.


+ What's hurt the most? +
It's hard to deal with the pain of losing you everywhere I go, but I'm doing it. Still harder gettin up, gettin dressed, living with this regret, But I know if I could do it over. I would trade, give away all the words that I saved in my heart that I left unspoken.
Revenir en haut Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Sam 22 Juil - 18:16
Il y avait quelque chose chez cet homme qui m’avait interpellé dès mon entrée ici, outre l’odeur de mort qui le suivait, c’était son regard d’animal blessé et brisé. IL n’était pas à sa place dans cet endroit sordide, et JE le devais l’en sortir, j’avais donc pris l’initiative, en tant qu’agent la plus ancienne de la cellule hormis Theo, de prendre cette responsabilité, d’une de nous trouver le meilleur des meilleurs et de le sauver d’une mort certaine de son âme. Là j’avais pu être spectateur du changement radical de son regard, la flamme combattive se remettait à brûler tel un brasier. Le sourire qui s’en suivit était sans équivoque, l’idée de vivre du danger et un travail important non sans intérêt le faisait renaître !

La guerre, quelle chose affreuse qui existe depuis toujours. Quand on a eu l’occasion de la vivre des deux côtés (combattants et victimes collatérales) on a l’impression de vraiment devenir fou, ou ne serait-ce pas plutôt ce monde qui devient fou ? Quoiqu’il en soit, je fis non de la tête, personne ne voudrait vivre à nouveau ce genre de choses. Il s’ouvrait, je ne l’interrompais pas, pas tant qu’il n’avait pas fini. Il parlait franchement, je le sentais, quelque chose s’ouvrait, un coffre trop longtemps refermé. Oui, on devait se battre, et ne pas attendre passivement que le temps passe, et ici c’est ce qu’il faisait.


- Il vaut mieux attendre la dernière heure en homme droit que de l’attendre assis et malade. Une vieille connaissance le disait souvent…

Il nous resservait du whisky j’ai arqué un sourcil, chaque verre c’était encore une poche de sang sur ce coup. L’odeur de mort et de sang séché, l’idée d’être dans un hôpital, ça excitait un peu mon côté vampire. Je ricane quand il me dit qu’il n’abusait pas du whisky… Il parla avec une certaine pointe d’humour sur les six mois passés ici, je n’ai pas pu m’empêcher de ricaner encore un peu.

- Oh je n’ai jamais douté sur votre santé mentale Lieutenant… Disons que l’univers dans lequel vous allez rentrer… Est aussi dingue que votre blagounette sur les aliens… Je vais aller droit au but… Il était une fois un enfant qui après la mort d’une personne chère s’est fait une mission de devenir un médecin émérite et de sauver les gens, pour qu’il n’y ait plus de morts sur Terre… Ce jeune garçon avait une amie imaginaire qu’il retrouvait tous les soirs sur le toit de sa pension, quitte à se faire choper. Cet ange avait de grandes ailes noires et un regard rouge perçant, mais il n’en a pas peur, il n’en a jamais eu peur. Il lui parlait, il se confiait, il parlait se ses peurs, ses craintes et ses espoirs. Ce garçon timide et fragile s’est étoffé et est devenu un médecin émérite, broyé par la guerre, mais qui ne demande qu’une chose : c’est de redevenir ce médecin émérite, le garçon qui sauvait le monde et qui guérissait de tout… Ravoir l’action perdu et prouver à lui et aux autres, qu’il est toujours vivant et qu’il est encore prêt à se battre…

J’ai bu une petite gorgée et je l’ai regardé tendrement…

- John Watson… Le petit garçon introverti qui était perdu dans la foule de jeunes plus ambitieux les uns que les autres… Qui croyait en une femme aux ailes noires… John… C’est moi…


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
John Watson
Nouveau Venu
avatar
Ma tête (gif) :
Compagnon ou équipier : Aucun, pour l'instant.
Messages : 22
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Généralemnt, là où il y a des morts.
Nouveau Venu
Sam 22 Juil - 19:40
Il était en accord avec ses propos, rester assis à moisir lentement pendant que le monde s'effondrait sous ses pieds était absolument hors de question. Son attention revint sur la jeune femme qui l'appela par son grade d'armée, elle semblait emplit d'un mystère qu'il ne saurait qualifier. Il y avait définitivement des secrets derrière son sourire angélique et ses petites moues adorables. Sans en rire, elle releva sa blague stupide et John sentit le rouge lui montait légèrement aux joues et puis soudainement elle se mit à passer à un sujet plutôt... Cocasse au vue de la situation.

Il se souvenait de cette amie imaginaire bien qu'il n'en ait jamais fais mention à qui que ce soit, du moins pas qu'il se souvienne. Il l'avait vu la première fois dans le jardin de ses parents, alors qu'il était tout jeune, comme une apparition furtive au loin. Deux billes rouges brillantes et de grandes ailes noires qui avait décoiffées ses cheveux déjà en bataille. Il avait d'abord cru à un rêve et puis petit à petit la créature prit forme sous ses yeux à différents moments, dans différents endroits. Il aurait dû être effrayer il en était conscient, mais en réalité à l'époque elle était comme sa seule amie. Il l'avait baptisé « Yaya », c'était un petit garçon encore lorsqu'il confiait les secrets de son cœur à ce qu'il croyait être une invention de son esprit. Une sorte de transfert que font les enfants lorsqu'ils ne parviennent pas à gérer leurs émotions.

Un malaise presque palpable envahi le médecin de la tête aux pieds et brusquement il se sentit anxieux et effrayé. Pourtant il était un homme pragmatique et ne s'appuyait généralement que sur des preuves, des faits concrets où tout du moins quelque chose qu'il avait vu de ses yeux. Ces souvenirs d'amie imaginaire, d'ange aux ailes noires, « Ne blasphème pas, John » lui avait crier sa mère un soir alors qu'il tenta d'expliquer ce qu'il lui arrivait. Enfin, tout ceci n'était qu'inepties et non-sens à ses yeux et pourtant le fait qu'une parfaite inconnue soit au courant de ça et avec tant de détails le dérouter totalement.

Le regard encore un peu hagard de John posa son verre et ouvrit la bouche à plusieurs reprises avant de la refermer et de répéter le geste, aucun mot ne sortant de sa bouche. Il réfléchit à tout vitesse . Quelle réponse adéquate et pragmatique lui apporter ? Ce ne pouvait pas être sa mère, ils ne se parlaient quasiment jamais et de toute façon elle n'avait jamais pris cette histoire de « Yaya » très au sérieux. Mais il devait y avoir une explication. Une explication rationnelle. Car après tout l'amie imaginaire qu'il avait « imaginer » ne pouvait absolument pas se trouver devant lui sous les traits d'une jeune et charmante jeune femme, si ? Les hypothèses s’enchaînaient dans son esprits lui donnant un mal de crâne soudain et désagréable. John s'accouda à son bureau et joignit ses mains devant son visage en essayant de reprendre contenance, l'hypothèse la plus plausible à son esprit à l'instant restant la simple et banale blague. Il tenta le coup.

-Je vois, un ancien camarade de classe vous aurez parler de cette «  rumeur » concernant le jeune Watson parlant à des anges invisibles... Ecoutez, c'est peut-être un genre de bizutage d'entrée – j'ai fais médecine croyez-moi je sais à quel point les gens peuvent aller loin – mais pour être tout à fait honnête j'ai un peu du mal à vous croire lorsque vous prétendez être ma soi-disant «  amie imaginaire ».


+ What's hurt the most? +
It's hard to deal with the pain of losing you everywhere I go, but I'm doing it. Still harder gettin up, gettin dressed, living with this regret, But I know if I could do it over. I would trade, give away all the words that I saved in my heart that I left unspoken.
Revenir en haut Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Sam 22 Juil - 21:25
Evidemment, il venait de se prendre tellement de nouvelles d’un coup que ce qui allait suivre ressemblait fortement à un coup de grâce. Le pauvre plusieurs fois il avait eu l’expression d’un poisson hors de l’eau, ça se voyait qu’il voulait contester plusieurs fois. Le pauvre, je lui en mettais plein la figure et il ne faisait même pas partie de la cellule.

- Tu m’appelais Yaya quand tu étais tout jeune, car tu n’arrivais pas à dire mon prénom… Alaya… Tu ne t'es jamais demandé,
comment il pouvait pleuvoir dans ta chambre alors que tu avais très chaud? La doyenne a cru a une inondation...


Allez, je continue sur ma lancée je lui en remets une couche ! J’étais au courant du petit nom. Mignon d’ailleurs, et tellement attendrissant venant d’un petit garçon de cinq ans. Il était mal à l’aise et c’était mon œuvre. Il fallait de toute façon à quoi s’attendre avec moi, j’étais cash avec les gens, parfois ça me réussissait parfois non. Il n’allait pas croire ce qu’il allait voir et pourtant… je ne sais pas quelque chose en lui me faisait penser qu’il doutait.

Ce qui suivit, me fit éclater de rire, puis un petit rire narquois. Non mais sans blague, il essayait de se raccrocher à quelque chose de tangible, à un élément qu’il lui prouvait qu’il n’était pas totalement fou.

- Non, désolée John, ce n’est pas une blague… Et je ne plaisante jamais sur le passé… La preuve…

Je recule de quelques pas, m’assurant que j’avais assez d’espace, c’est cet instant que j’ai choisi pour ouvrir grands mes ailes. Des ailes duveteuses, d’un noir profond. A la lumière des néons, ces dernières avaient des éclats violasses….

- Je vais éviter de rajouter les yeux rouges, je pense que les ailes suffisent… John… Arrête de reculer… Tu sais que c’est moi, tu sais que le surnaturel, ça a toujours existé… Ces orages sans raison quand il fait froid, ces ombres du coin de l’œil, ces morts où il n’y a que des traces d’électrocution ou alors qu’il ne reste que des cendres… L’humanité ignore qu’elle baigne dans le surnaturel et l’étrange, et les enquêtes actuelles sont en train de changer cette donne…


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
John Watson
Nouveau Venu
avatar
Ma tête (gif) :
Compagnon ou équipier : Aucun, pour l'instant.
Messages : 22
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Généralemnt, là où il y a des morts.
Nouveau Venu
Mer 26 Juil - 14:24

Ce qui devait être un entretien d'embauche classique tournait en rencontre du troisième type. Bien sur dans sa réponse – légèrement agacée il devait l'avouer – il avait sous entendu qu'à moins de preuves il n'allait certainement pas croire ce que cette jeune femme venait de dire. Même si l'exactitude des détails était troublante John était homme de science et son esprit refusait simplement de croire qu'il puisse y avoir une quelconque chance que les « anges » puissent existaient

Il fit un bond et recula de quelques centimètres lorsque, sous ses yeux, l'impensable – l'impossible – se produisit. Deux grandes ailes à l'allure légères et à l'aspect duveteux poussèrent comme par magie dans le dos de la commissaire qui tout d'un coup n'était plus tout à fait humaine. John se surpris à se pincer à plusieurs reprises voulant s'assurait qu'il ne s'était pas simplement assoupi et que l'apparition devant lui n'était que la forme d'un rêve mixer à des souvenirs d'enfances mais il était bel et bien éveillé. Ses yeux clignèrent plusieurs fois alors qu'il reprit son souffle qu'il avait eu couper tout d'un coup.

Il ne croyait pas au surnaturel. Les fantômes, les démons, les vampires et toutes ces créatures qui peuplaient les récits et films d'horreurs et pourtant il ne pouvait nier l'évidence. Des ailes venaient littéralement de pousser dans le dos de la commissaire qui venait également de se présenter comme étant l'amie imaginaire de John. Il ne pouvait plus nier et si son premier réflexe aurait du être de partir en courant, il préféra s'approchait doucement intrigué et désireux de connaître le pourquoi du comment des êtres comme elle pouvait exister. Il y pensa dans un coin de sa tête, si elle existait quelle autre genre de créatures existaient ?

-Je...Euh... Je peux ?

Il faisait à présent face à Alaya et une de ses mains s'étaient levées en direction de la base de l'aile dans le dos. De vue elles semblaient douces et moelleuses, comme de petit nuages cotonneux dans le ciel d'été, et il eut envie de caresser les plumes. Il ne savait pas vraiment si elle avait acquiescer ou non mais finalement la pulpe de ses doigts glissa le long des plumes noires jusqu'à leurs extrémités. C'était soyeux et agréable comme il l'avait imaginer. Comme perdu dans un songe, John sursauta brusquement en rencontrant le regard d'Alaya face au sien. D'un bond il recula et se rattrapa de justesse à la chaise de bureau pour ne pas tomber.

-Je suis désolée, c'était sans doute extrêmement déplacé de ma part.
Il tenta de reprendre ses esprits et repensa alors au but premier de cet entretien. Et donc... C'est à ce niveau là que vous avez besoin de moi ?

Il n'était pas certain que la question soit appropriée, en réalité il était encore sous le choc de tant de révélations en si peu de temps.


+ What's hurt the most? +
It's hard to deal with the pain of losing you everywhere I go, but I'm doing it. Still harder gettin up, gettin dressed, living with this regret, But I know if I could do it over. I would trade, give away all the words that I saved in my heart that I left unspoken.
Revenir en haut Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Mer 26 Juil - 19:26
- Oui bien sûr !

Il était très troublé, très choqué, il n’en revenait pas, je crois qu’il a cru que je mentais, il en avait la preuve que non. Il n’avait pas réagi comme tous les autres, la fuite, mais quelque chose devait le retenir, quelque chose comme la curiosité et la stupéfaction. Il avait même demandé la permission pour toucher mes ailes, oui, la curiosité en premier. C’était trop mignon de le voir s’approcher de moi comme un gamin devant un feu d’artifice et avoir les mêmes éclats dans les yeux. Mon aile bougea doucement quand il posa ses doigts dessus, réflexe auquel je ne pouvais pas faire grand-chose. Il était totalement sous le charme de l’aspect duveteux et doux comme une brise d’été, mon regard se posa sur l’homme, c’est comme s’il avait oublié l’espace d’un instant, le reste du monde. Le retour d’ailleurs fut des plus brusques car il sursauta en voyant mon regard, bien qu’il soit doux croiser le sien. La manière brusque de son retour à la réalité le fit limite trébucher, si bien que j’étais déjà prête à foncer le soutenir, mais il parvint à se rattraper à la chaise. Je devais avoir un O sur les lèvres. Il s’excusa de sa conduite, je lui ai répondu qu’il n’y avait pas de mal, que sa réaction était normale.

Il essaya de se raccrocher à la seule chose qui devait lui paraître réelle, l’entretien. J’ai souri doucement alors que je nous resservais un verre, car je songeais qu’il devait bel et bien en avoir besoin.


- Disons qu’on a besoin de quelqu’un de polyvalent, qui serait aussi bien notre médecin légiste que notre médecin tout court, histoire qu’en cas de mission musclée on ne soit pas obligé de recourir tout le temps aux hôpitaux pour les petits bobos plus ou moins importants… Sachant que je hais les hôpitaux…


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
John Watson
Nouveau Venu
avatar
Ma tête (gif) :
Compagnon ou équipier : Aucun, pour l'instant.
Messages : 22
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Généralemnt, là où il y a des morts.
Nouveau Venu
Jeu 3 Aoû - 10:59
La situation était totalement irréelle, John avait l'impression de rêver éveillé et c'était une sensation étrange, à la fois merveilleuse et effrayante. Plus jeune il n'avait jamais remis en question l'existence d'Alaya, après tout pour les enfants tout paraît réel et rien n'est jamais vraiment effrayant mais en grandissant il avait simplement compris qu'étant trop seul il s'était simplement inventée une présence rassurante et presque maternelle pour veiller sur lui. Aussi voir le fruit de son imagination se matérialiser devant lui le perturber et en même temps c'était comme s'il retrouvait une vieille amie qu'il pensait inexistante.

Le médecin avait les mains moites et se sentait un peu nauséeux, peut-être aussi à cause de l'alcool fort ingurgiter rapidement et en quantité suffisante pour lui donner le tournis? C'était trop d'informations d'un coup et il ne savait plus comment gérer tout ça. Pourtant il n'avait pas peur et était même plutôt curieux de découvrir le monde que la jeune femme ailée lui présenter comme étant vrai et dangereux. Il la regarda remplir leur verre à nouveau et réalisa qu'il n'avait jamais vraiment prêter attention à sa forme physique plus jeune. Elle était si belle et délicate. Ses traits étaient fins et ses pommettes saillantes lui donner encore un air enfantin adorable.

-Alors, les... Anges peuvent être blessés ? Enfin, je ne sais même pas ce que tu es exactement. Es-tu un ange ?

C'était l'explication la plus plausible au vue de la manière qu'elle avait de le protéger et de veiller sur lui mais dans les images qu'il s'en faisait les anges avaient de grandes ailes blanches et pures là où celles d'Alaya étaient noires de jais. Il se sentait un peu gêné de lui demander de manière si brutale ce qu'elle était réellement. Peut-être étais-ce un peu déplacé ? Il fit une petite moue embêté et fit quelques pas vers son ancienne ange-gardien. Les doigts du médecin s'avancèrent vers le visage de la jeune femme et dans un geste lent et doux il replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille avant de pencher la tête sur le côté attendri.

-Tu as veiller sur moi pendant si longtemps... C'est à mon tour de te rendre la pareille. Je ne suis pas fan des hôpitaux non plus - je sais étrange pour un médecin - et je ferai en sorte de te soigner autant de fois que nécessaire et... Et bien j'avoue que découvrir l'existence d'un monde que je croyais impossible éveille ma curiosité et je ne peux décemment pas refuser une telle opportunités de rendre mon quotidien un peu plus... Attrayant que celui que je vis en ce moment.

Il termina sa phrase avec un sourire sincère et dans un geste spontané enroula ses bras autour de la commissaire, riant intérieurement de voir à quelle point la situation avait évoluée en si peu de temps, il était simplement heureux même si des tas de questions fusaient encore dans son esprit à présent il savait qu'il aurait bientôt toutes les réponses.

-J'accepte la proposition Yaya.



+ What's hurt the most? +
It's hard to deal with the pain of losing you everywhere I go, but I'm doing it. Still harder gettin up, gettin dressed, living with this regret, But I know if I could do it over. I would trade, give away all the words that I saved in my heart that I left unspoken.
Revenir en haut Aller en bas
Alaya Karenine
~ Miss Thunder Blondie ~
avatar
Ma tête (gif) : Arielle Kebbel
Compagnon ou équipier : Alec, Alex, et Dominik
Messages : 305
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 372
~ Miss Thunder Blondie ~
Jeu 3 Aoû - 22:58

Il me comparait à un ange. Il ne savait rien en réalité de ma réelle nature. Après tout je ne pouvais pas montrer à un enfant haut comme trois pommes mon autre côté. Bon certes je l’amusais l’été avec mes jeux d’eau ou mes petits sorts de glace en hiver.  Mais la vampire, la créature des ténèbres, non pas tout de suite.

Il était très mal à l’aise et vu son aura, il devait commencer à ressentir les effets de l’alcool. Nausées, vertiges. Il était grand temps qu’on sorte. Pour qu’il puisse prendre l’air. Je suis sûre qu’il se sentirait mieux, je crois que ma révélation suivante n’allait pas du tout le mettre en bon état.


- Je ne suis pas un ange… John, j’en suis même loin, même si je t’ai protégé et que je continue aujourd’hui, je n’ai rien d’un ange… Mais sache que quelque soit ma véritable nature, tu n’as rien à craindre de moi…

Bon forcément avec une intro comme ça, c’était irrésistible, je voyais déjà les yeux ronds. Et les questions ! Bon ok je me lance et je l’achève pour de bon…

-Je suis autant magicienne de l’eau que vampire…

Allez hop ! C’est fait, c’est balancé, au moins il n’y aura pas besoin de revenir dessus. Oui je bois du sang, oui je suis immortelle… Ce qui a suivi, j’ai été émue, vraiment. Il voulait veiller sur moi, après tout je comptais le recruter pour qu’il soit notre médecin, car moi Alex, Alec et d’autres on voulait éviter les hôpitaux, car si quelqu’un avait le malheur d’analyser notre sang sans être au courant, on finirait dans un laboratoire pour l’éternité sans revoir la lumière du soleil. J’écoutais attentivement ce qu’il disait et je souriais de plus en plus tandis que mes ailes disparaissaient dans mon dos.

Il m’enlaça doucement, je n’ai pas bronché. Il acceptait j’ai posé mes mains sur ses épaules.


- Bien ! Une bonne chose de faite, reste à persuader le big boss maintenant…….. Et non, ce n’est pas moi… On va dire que je suis la Second in Command


I follow Rivers of Time...
I am the one who will change your life forever, Mysteries around me, I am the one who have defeated Destiny and Time and I will change future forever!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» il est temps de changer vos mdp
» Pour toujours, c'est un temps très, très long, et le temps a une façon bien à lui de changer les choses...
» Envi de changer d'interface...?
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
God Saves Europe Fate :: RP ! :: Londres :: Les Lieux Administratifs :: Autres Lieux-
Sauter vers: